Exercice sur le Pardon

Ça t'est arrivé il y a plus ou moins longtemps. 

Tu te dis que tu es passé à autre chose et que tu n'en es pas mort(e).

Ou qu'avec  de la bonne volonté, on peut surmonter et pardonner.

Questions à te poser :

  • Sens-tu qu'il y a comme deux personnes à l'intérieur de toi ? Une que tout le monde connaît, et une autre qui pleure, qui enrage ou qui te fait honte, et que tu mets de l’énergie à cacher ? 

  • T'arrive-t'il souvent de te sentir comme si tu étais un imposteur quand tu réussis quelque chose ? 

  • Te sens tu en proie à des compulsions qui te font te sentir honteux ? (alimentaire, sexuels, alcool ou drogue) 

  • T'arrive-t'il de penser que mettre fin à ses jours est une option comme une autre ? 

  • Te blesses-tu involontairement souvent ? 

  • As-tu du mal à susciter de l'empathie et de la compréhension autour de toi, en adoptant des attitudes qui agacent ou qui conduisent a du rejet de toi, alors qu'au fond ce dont tu as le plus besoin est de te sentir compris(e) et proche?

  • As-tu du mal à te sentir appartenir à un groupe ?

  • Quand tu n'es pas d'accord avec quelque chose ou quelqu'un, évites-tu la plupart du temps d'exprimer ce désaccord parce qu'au fond "ça n'est pas si important"? 

  • Évites-tu d'exprimer de la colère par peur d'exploser ou d'avoir des comportements violents ?

 

Si tu as répondu "oui" à une ou plusieurs de ces  questions, cela indique qu'un certain nombre d'émotions douloureuses sont restées coincées en toi et continuent de faire saigner une blessure à l'intérieur. 

Une émotion a vocation à être exprimée. 

E-MOTION = un mouvement qui va de l'intérieur vers l'extérieur.

 

Thomas d'Ansembourg nous précise :

"si je réprime ce qu'il faudrait que j'exprime… alors je déprime" 

"Peut-être est-ce le moment de te poser la question de trouver une bonne personne à solliciter, pour te permettre d'exister pleinement avec ta singularité, et reprendre contact avec toute ta personnalité, y compris les parties blessées, ou honteuses, que tu gardes sous silence…"